Communiqué de positionnement - 25 juin 2014 - suite à l’allocution de M Valls du 19 juin 2014

, par Collectif ART 29

Depuis le mois de Février, travailleurs intermittents, intérimaires, chômeurs et précaires se mobilisent [*pour une réforme de l’assurance chômage plus juste*] que celle signée entre les organisations patronales et trois syndicats de salariés non représentatifs de nos professions ( FO - CFDT et CFTC ), la CGT et la CGC ayant refusées de l’approuver.

Malgré l’ampleur de cette mobilisation nationale, ainsi que les prises de position publiques de centaines d’élus locaux, de parlementaires et d’acteurs culturels et économiques contre l’agrément de cette convention par le ministère du Travail [*le gouvernement a choisi le passage en force.*]

Dans son allocution du 19 juin, M Valls a annoncé concernant les annexes 8 et 10 dont dépendent les salariés intermittents, que l’Etat prendrait à sa charge, à titre de mesure transitoire, la perte financière causée par la mesure du différé d’indemnisation (90 millions d’euros sur une année pleine) pour sauver l’exception culturelle française. Il tente ainsi de déplacer le débat de la protection sociale sur la question culturelle. [*Nous nous battons pour la défense de la politique culturelle mais nous nous battons aussi pour la défense des droits sociaux.*]

Nous ne sommes pas dupes de ce cadeau empoisonné. [*Il n’a pour seul objectif que de briser notre détermination et nous éloigner des autres salariés en lutte*] afin de laisser passer l’été, ses festivals et leurs retombées économiques.

[*Nous ne sommes pas des privilégiés et refusons de le devenir*], surtout en période d’austérité. L’Etat n’a pas à se substituer à la solidarité interprofessionnelle au nom de l’exception culturelle française.

Nous restons solidaires des intérimaires, chômeurs et de tous ceux qui, dans leur profession, sont soumis à l’emploi discontinu. Nous sommes tous concernés par cette réforme car [*c’est l’assurance chômage dans son ensemble qui est attaquée au nom de l’austérité*].

Si le régime actuel de l’assurance chômage fut pensé pour le plein emploi, aujourd’hui, 86% des embauches se font en CDD et impliquent alternance de périodes d’emploi et de non emploi. Le régime d’indemnisation des travailleurs intermittents est [*un modèle de protection contre le chômage qui pourrait s’étendre aux autres professions*] et cela, le MEDEF le craint. C’est pourquoi régulièrement, il l’attaque jusqu’à demander sa suppression.

Il y a urgence, car si l’accord est signé demain, il le sera pour 2 ans et pour tous les chômeurs ! [*Quelle place pour les négociations souhaitées par M Valls quand le Comité de suivi de réforme sur l’intermittence n’est pas autour de la table ?*]

[*Pour toutes ces raisons, nous rejetons en bloc les propositions de M Valls !*]

Comme nous avons rencontré les cheminots et les employés de Pôle Emploi, nous irons rencontrer les personnels de santé, les postiers et tous ceux qui se battent pour des droits sociaux plus justes ! [*Nous sommes déterminés à participer à la convergence des luttes.*]

[*Nos actions pas ne s’arrêteront pas tant que nous n’aurons pas obtenu le retrait de la convention*], préalable nécessaire avant de retrouver la table des négociations autour des propositions du Comité de suivi de réforme sur l’intermittence !

Notre mobilisation ne faiblit pas !

[*CE QUE NOUS DEFENDONS NOUS LE DEFENDONS POUR TOUS !!!*]

Communiqué de positionnement - 25 juin 2014